Email : info@jeunesse.gov.gn
AccueilACTUALITESRÉUNION TECHNIQUE AUTOUR D’UN PROJET D’INSERTION DES JEUNES

RÉUNION TECHNIQUE AUTOUR D’UN PROJET D’INSERTION DES JEUNES

Dans le cadre de la mise en œuvre du troisième plan prioritaire du Fonds de Consolidation pour la Paix (PBF), la République de Guinée a bénéficié  d’un projet d’autonomisation, de réinsertion sociale et de renforcement de la participation citoyenne de 500 jeunes à la sécurité et la prévention de la violence, pour un montant de 1 000 000 dollars USD pour une durée de 18 mois.

Pour l’opérationnalisation des différentes activités de ce projet, s’est tenue ce mercredi 12 avril 2017, une réunion de travail dans la salle de conférence du Ministère de la Jeunesse.

La présente rencontre a été présidée par le Ministre de la Jeunesse M. Moustapha NAITE, regroupant les partenaires d’exécution (Ministères en charge de la Jeunesse, de la Sécurité, de l’Administration du Territoire et de la Ville) ainsi que des agences d’exécution (PNUD, ONUDI et ONU-HABITAT).

Dans son discours d’ouverture, le Ministre de la Jeunesse a indiqué que l’objectif de cette rencontre est de réunir les différents partenaires de mise en œuvre afin de discuter du processus d’ensemble du projet. Il a rappelé que 77,3 % de la population Guinéenne ont moins de 35 ans d’où la nécessité « d’investir dans la jeunesse », thème retenu cette année par l’Union Africaine pour la capture du Dividende Démographique.

Il a remercié l’ensemble des agences du Système des Nations Unies et particulièrement le PBF pour son appui technique et financier dans le cadre de la consolidation de la paix à travers l’insertion socioéconomique des jeunes.

Après avoir parlé de la mission de son Institution et le contexte dans lequel ce projet a été élaboré, M. Brice BUSSIERE, Secrétaire Permanent du Comité de Pilotage du plan Prioritaire du PBF a indiqué que l’objectif général de ce projet est de mobiliser les jeunes hommes et jeunes femmes dans une dynamique de synergie avec les leaders locaux et les services de sécurité, afin de réduire les actes de délinquance et de violences urbaines dans les communes de Matoto, Ratoma et la commune urbaine de N’Zérékoré, à travers une insertion socioéconomique et engagement citoyen de jeunes désœuvrés.

Dans le domaine de l’emploi des jeunes et des femmes, il a fait savoir que le projet vise concrètement la création de 500 emplois dont 300 dans les activités de haute intensité de main d’œuvre d’aménagement des quartiers, 100 à travers les activités génératrices de revenus et 100 en qualification dans les métiers du photovoltaïque.

Ces actions seront soutenues par des activités de sensibilisation sur la citoyenneté et la paix avec un engagement actif des populations locales et des jeunes dans le projet.

La mise en œuvre des différentes activités sera précédée par un dialogue et échange avec les jeunes marginalisés pour connaitre leurs vraies attentes vis-à-vis de la société et leurs besoins réels.

Dans le même ordre d’idées, il a affirmé que le choix de ces communes a été fait de manière participative en associant les Ministères en charge de l’Unité nationale et de la Citoyenneté et celui de la sécurité. Il était aussi basé sur les actions antérieures réalisées sur financement du PBF, notamment la mise en place du projet de police de proximité.

Art1Art2Art3Art4