Email : info@jeunesse.gov.gn
AccueilACTUALITESLES CHEFS DE SERVICES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE DEVANT LE POOL D’EVALUATEURS A LA PRIMATURE

LES CHEFS DE SERVICES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE DEVANT LE POOL D’EVALUATEURS A LA PRIMATURE

28783472_1195325133903205_4214640326549176320_o

Dans le cadre de l’évaluation périodique des départements ministériels, le Secrétaire Général du Ministère de la Jeunesse M. Sidiki TOURE a conduit ce jeudi 8 mars 2018, la délégation du département devant prendre part à l’évaluation annuelle des départements ministériels initiée par la Primature.

Cette rencontre présidée par le Conseiller Spécial de M. le Premier Ministre M. Kader BARRY et également Président du pool d’évaluateurs, a enregistré la présence de tous les Chefs de services du Ministère en charge des questions de jeunesse.

Après le tour de table, il est revenu au Directeur du Bureau de Stratégie et Développement (BSD) du Ministère M. Boubacar BALDE, de présenter les tableaux de programmation et d’évaluation comportant les grands axes du Département.

Dans son intervention, le présentateur a indiqué que le Programme de Travail Annuel (PTA) du Ministère de la Jeunesse pour l’année 2017 a été élaboré sur la base de la lettre de mission adressée par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement et le Programme National d’Insertion Socioéconomique des Jeunes (PNISEJ) adopté par le gouvernement, le tout adossé au Programme National de Développement Economique et Social (PNDES).

Ce PTA, poursuit-il, synthétise les objectifs prioritaires et les actions phares qui ont été identifiés et présentés au séminaire gouvernemental tenu à Conakry les 7 et 8 avril 2017 à la demande de Monsieur le Premier Ministre.

La présente évaluation annuelle porte sur ces actions dont la mise en œuvre a substantiellement contribué à la création d’opportunités d’auto-emplois et à l’inclusion sociale des jeunes, ajoute le Directeur du BSD.

Il a noté toutefois, que le problème de ressources financières notamment, constitue un sérieux handicap dans l’exécution des projets et programmes particulièrement au niveau des investissements publics.

Aussi, la non signature de certains actes (décrets notamment) n’a pas permis d’avancer sur plusieurs actions.

Cette présentation a été suivie par une série de questions et réponses sur les documents présentés.