Email : info@jeunesse.gov.gn
AccueilACTUALITESLE BULLETIN DU GOUVERNEMENT – SEPTEMBRE 2017 – FOCUS: THIERNO IBRAHIMA DIALLO, FONDATEUR & CEO D’EASY LINK GUINEA

LE BULLETIN DU GOUVERNEMENT – SEPTEMBRE 2017 – FOCUS: THIERNO IBRAHIMA DIALLO, FONDATEUR & CEO D’EASY LINK GUINEA

Conakry, le 17 Octobre 2017 – Historiquement, l’électronique numérique a rejoint l’informatique pour traiter une quantité croissante de documents ! Rappelons que l’adjectif « numérique » distingue le son numérique, la photographie numérique, la vidéo numérique et le cinéma numérique, de leurs versions plus anciennes,  fonctionnant avec des procédés analogiques ! Par extension, l’ère numérique est l’époque où les informations circulent de façon prédominante sous codage informatique, la culture numérique est celle des utilisateurs de ces systèmes, etc.

 Nous sommes très heureux de vous recevoir dans ce numéro du Bulletin du Gouvernement. Mais tout d’abord, qui est Thierno Ibrahima Diallo ? 

 Je m’appelle Thierno Ibrahima Diallo, 32 ans ; Fonder & CEO EASY LINK GUINEA, une Agence Digitale spécialisée dans la stratégie de transformation digitale des entreprises guinéennes en particulier, africaines en général (conseil, création de site web, développement d’application mobile, développement de logiciels métier, Communication et marketing digital, Formation…). Co-Fondateur de l’entreprise YAAKOS, Fondateur de la plate-forme Africaine de restaurant ‘’RESTAURANT’’ et organisateur de l’évènement numérique ‘’Conakry Digital Day’’.

 Nous captons une réelle passion pour les Technologies de l’Information et de la Communication « TIC » et à ce titre, quelle lecture faites-vous de l’évolution du numérique en Guinée ?

 Comme je le dis souvent dans mes interventions, la Guinée a connu une nette avancée depuis 2010 en matière de TIC. La démocratisation de l’internet dans le pays à travers les ‘’FAI’’ et l’appui du gouvernement du Président de la République a permis à la population guinéenne d’embrasser ce secteur très porteur de croissance. Les Guinéens aujourd’hui ne sont plus étrangers aux ‘’TIC’’, mais il faut signaler que beaucoup encore reste à faire. Les entreprises guinéennes doivent embrasser ce secteur qui est devenu incontournable dans l’atteinte de leurs objectifs. Pour gagner le pari, l’état guinéen doit encore beaucoup miser sur l’accompagnement des entreprises évoluant dans ce secteur, afin qu’elles puissent transmettre à leur tour les nouvelles connaissances aux autres.

 Conakry Digital Day émerge aujourd’hui comme le rendez-vous digital incontournable en Guinée depuis sa première édition le 19 mai 2017. Peut-on connaitre les raisons qui ont conduit à la mise en place de ce projet ?

 Faire de la Guinée un « Hub numérique » est un rêve que je mûris   depuis les bancs de l’université ; Cet évènement est le fruit d’une longue réflexion sur ‘’comment notre pays peut-il devenir une destination incontournable du numérique africain ?’’.  Pour rappel, Conakry Digital Day, est un événement de l’industrie digitale guinéenne. C’est le nouveau RDV des professionnels du marketing digital, e-commerce, acteurs technologiques, Startups, étudiants, chercheurs, particuliers et annonceurs du secteur pour écouter, apprendre, échanger, et profiter de moments privilégiés et exceptionnels…

Ce rendez-vous est une opportunité pour améliorer les relations entre les différents acteurs, initier des projets innovants, porteurs de valeur ajoutée pour l’ensemble des parties prenantes et contribuer au développement des écosystèmes du digital et de l’économie numérique en République De Guinée.

 Vous êtes jeune, dynamique et plein d’initiatives. Quel a été votre plan pour percer dans le monde des TIC où la concurrence est rude en Guinée ?

 Je suis animé par trois valeurs puisées à bonne source chez mon papa : Rêver – innover – contribuer ! Depuis tout petit, j’ai aimé les TIC. J’ai ouvert mon premier compte mail en 1997 et créé mon premier site web dès le début de mes années lycée. Je suis animé d’un esprit de recherche de solutions pour ma population via les TIC. Le secteur du digital regroupe aujourd’hui beaucoup d’acteurs et je me suis toujours dis que c’est en travaillant ensemble que nous pouvons réussir le pari de faire de la Guinée une destination incontournable du numérique africain. Par conséquent, dans ma tête, je n’ai pas de concurrent mais plutôt des compléments.

 Vous rentrez d’Abidjan, où vous avez été certifiés du prix des 35 jeunes innovateurs qui font bouger l’espace francophone en 2017. Concrètement, qu’est-ce qui vous a permis de vous distinguer dans la catégorie chef d’entreprise, innovation et entreprenariat ?

 Effectivement, je viens d’être lauréat des prix jeunesses de la francophonie, avec des jeunes qui font bouger l’espace francophone à travers leurs réalisations dans leurs pays respectifs !  Ce prix représente pour moi la récompense d’un travail intense dans mon domaine d’activité, qui est la promotion du digital en Guinée à travers mon entreprise EASY LINK GUINEA.

 Mes activités dans le secteur du digital, ma contribution sociale pour la vulgarisation de l’outil digital à travers des conférences, m’ont permis de faire la différence, et d’être vu au-delà de nos frontières.

 Vous avez été sélectionné sur 411 candidatures en provenance des pays de l’espace francophone, par l’entremise d’un Jury composé de 50 personnalités francophones. Que représente ce prix pour vous ?

 Beaucoup de fierté et en même temps, une grande responsabilité :

+Une Fierté car, à travers ce prix, c’est mon travail qui est récompensé à l’international ;

 +Une responsabilité, car il faut redoubler d’efforts pour amplifier le développement du digital en Guinée.

 C’est gratifiant d’être parmi ces 35 jeunes, âgés de 18 à 35 ans, venus du monde francophone, tous aussi doués les uns que les autres par l’originalité des idées, et la persévérance à la tâche, en inspirant et en faisant bouger sur le continent africain. Ce fut un bonheur d’être à Abidjan, pour partager avec eux, non pas les inquiétudes d’une Afrique qui se morfond, mais les espérances d’une Afrique qui rêve et qui plante ce songe dans le marbre de la réalité de nos pays respectifs. Il s’agit bien au départ, de rêves que chacun d’entre nous a nourris, et qui ont peuplé nos nuits, avant de se concrétiser dans le réel de nos quotidiens.

 Pour vos objectifs futurs, comment comptez-vous assister les jeunes pleins d’initiatives, pour lutter contre le chômage ?

 Pour aider une personne, il faut encore qu’elle sollicite de l’aide. Je suis très ouvert en ce qui concerne la promotion de la jeunesse par des conseils sur les ‘’entreprenariats’’, en prenant exemples sur des jeunes guinéens qui réussissent sans les assistances et aides de l’état, ou de tierces personnes qui les prendraient sous les ailes de leurs entreprises.

 Pour terminer, quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaiteraient se lancer comme vous ? 

 Ils sont nombreux à avoir des rêves mais très peu à faire le premier pas. Des rêves ! Tout le monde les caresse mais souvent une majorité se croit incapable et ne s’engage donc pas. De quelque côté qu’on se tourne, on constate que rien n’est facile ! Devenir médecin, ou agriculteur, créer une entreprise, etc., il y a forcément des difficultés. Il ne faut pas perdre la motivation et abandonner aux premiers obstacles qui peuvent être de toutes natures (problèmes financiers, de santé, etc.). Tout rêve commence par une vision, dans un environnement familier et sûr car, l’avenir des jeunes Guinéens n’est pas dans les ambassades occidentales pour fuir des réalités mondialisées où qu’on souhaite s’exiler. Oser- Créer – Inspirer – Influencer

Je vous remercie

Pour consulter et télécharger ce nouveau numéro, merci de cliquer d’aller sur www.gouvernement.gov.gn ( rubrique Bulletin du Gouvernement)

La Cellule de Communication du Gouvernement