Email : info@jeunesse.gov.gn
AccueilACTUALITESConférence de presse à l’hôtel Kaloum: voici le discours intégral du Ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes

Conférence de presse à l’hôtel Kaloum: voici le discours intégral du Ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes

Conf-Presse

Pour la 8ème conférence de presse initiée par le gouvernement guinéen pour dresser le bilan des différents départements ministériels de 2011 à 2018, c’est le ministre Mouctar DIALLO de la jeunesse et de l’emploi des jeunes qui s’est soumis à cet exercice à l’hôtel Kaloum. Avant l’allocution du ministre, c’est un magazine de 16 mn sur les principales actions posées par son département qui ont été projetées dans la salle.

Nous vous proposons de lire l’intégralité du discours du ministre Mouctar DIALLO.

 

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement;

 

Mesdames et Messieurs les Représentantes et Représentants des Institutions et structures partenaires;

Mesdames et Messieurs les journalistes de la presse publique et privée, chers ami(e)s ;

Permettez-moi tout d’abord, de vous remercier pour avoir honoré de votre présence, la présente conférence de presse qui s’inscrit dans la série de rencontres entre la presse et les membres du Gouvernement en vue d’informer la population sur la mise en œuvre des politiques publiques dans tous les secteurs.

Depuis le début de la série de ces conférences de presse, on constate en effet un réel intérêt à la fois des journalistes qui diffusent et commentent les comptes rendus des ministres respectifs, mais également des citoyens qui apportent leurs sentiments sur les actions menées dans les différents secteurs publics. Comme vous le savez, ce devoir de restitution est une instruction formelle qui émane de la volonté du Président de la République, Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé, dans le souci d’une « redevabilité » de l’Etat vis-à-vis de ses administrés. Il va de soi que ce type d’exercice républicain stimule la démocratie et oblige le volontarisme de l’équipe dirigeante.

Cette instruction du Président de la République a pour avantages entres autres : exposer et interroger les instruments adoptés par le Gouvernement en vue de l’amélioration des conditions de vie des populations et du développement économique du pays d’une part; et d’autre part, imposer par ce fait une culture et une gestion axées sur les résultats dans la conduite publique.

C’est dans ce contexte que vous me permettrez de dérouler les actions phares réalisées par mon département dans l’intervalle de 2011 à 2018, une revue qui n’est pas pour moi une litanie de chiffres et d’effets statistiques sujets à caution, car il s’agit pour moi de montrer la cohérence de la dynamique transformatrice engagée depuis 2011 : un recul nécessaire pour prendre de l’élan dans la mission qui m’est confiée à la tête du Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes.

 

Mesdames et Messieurs,

Le Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes (MJEJ) a pour mission, la conception, l’élaboration, la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de jeunesse et de promotion de l’emploi des jeunes et d’en assurer le suivi.

Le Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes dans une logique de synergie et de coordination avec les autres acteurs a pour rôle de promouvoir l’employabilité des jeunes : c’est-à-dire de contribuer à la création de conditions et à la définition des stratégies d’accueil des jeunes sur le marché de l’emploi.

 

C’est dans ce sens que nous intervenons dans la valorisation et le développement des compétences requises sur le marché de l’emploi ou encore l’approche de travail à Haute intensité de main d’œuvre (HIMO), pour faciliter l’accès à l’emploi des jeunes diplômés, déscolarisés et non scolarisés  de 15 à 35 ans.

 

Concernant la perception du rôle du MJEJ, il me parait tout aussi important ici d’apporter une clarification sur cette mission en matière de promotion de l’emploi des jeunes. Aujourd’hui, beaucoup de jeunes pensent que le Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes est une forme d’agence de recrutement qui doit les embaucher ou leur trouver directement un emploi public ou privé. Cela n’est pas une compréhension nette. Le Ministère n’a pas pour vocation de trouver de l’emploi à chaque jeune individuellement. Notre objectif est de baliser un parcours jeune qui met l’accent sur le savoir-faire professionnel pour maximiser l’employabilité, et l’esprit d’entreprendre, somme toute le potentiel même du jeune comme vecteur de son insertion socioprofessionnelle et son autonomisation durable. La jeunesse, doit être formée, encadrée et accompagnée certes, mais avant tout, les jeunes doivent prendre leurs destins en main, se doter des compétences requises sur le marché du travail, être force de propositions et s’affirmer dans l’écosystème économique en tant que fer de lance de l’innovation à travers l’entreprenariat. Cette clarification me paraissait nécessaire pour nous permettre d’être au même niveau de compréhension sur le rôle du Département. Et bien plus qu’une clarification, c’est une invitation que nous lançons à la jeunesse afin qu’elle n’espère plus une forme d’assistanat irréaliste mais se projette dans un monde de prise d’initiatives, d’autopromotion, d’auto-emploi, d’autonomisation réelle et assumée. Mettre davantage le jeune au travail en favorisant l’autoprise en charge, tel est notre objectif.

Mesdames et Messieurs,

Après cette clarification vous me permettrez de remercier son Excellence Monsieur le Président de la République qui a dédié sa gouvernance aux jeunes et aux femmes. Cette volonté se matérialise par des reformes institutionnelles, structurelles et des actions de promotion de l’emploi, de l’employabilité et de la participation des jeunes, engagées à partir de 2011.

Pour la mise en œuvre des activités de jeunesse et de promotion de l’emploi des jeunes, le Professeur Alpha CONDE a priorisé la définition d’un cadre institutionnel, structurel et programmatique.

Pour ce faire, il a procédé dès juin 2011, à la signature des instruments de ratification de la Charte Africaine de la Jeunesse, qui constitue le cadre de référence pour l’élaboration des politiques de jeunesse en Afrique. C’est sur cette base que le Gouvernement a adoptée en septembre 2011, la nouvelle Politique Nationale de la Jeunesse élaborée pour la période 2011-2020, assortie d’un Plan Stratégique de développement de la Jeunesse.

Ainsi, tous les projets et programmes initiés et mis en œuvre sont non seulement tirés de cette politique mais également obéissent :

Aux Lettres de missions adressées par les différents Premiers Ministres depuis 2011 ;

Au Plan quinquennal de Développement 2011-2015 ;

Au Document Programme Emploi Jeune I et II (PEJ1 et 2) 2011-2016 ;

Au Plan National de Développement Economique et Social (PNDES 2016-2020) ;

Au Programme National d’Insertion Socio-économique des Jeunes (PNISEJ) élaboré en 2016 avec 20 projets structurants et une projection de 750 000 emplois à l’horizon 2020 ;

Au Document Profil Pays de la Guinée pour la capture du Dividende Démocratique de 2017.

Ces reformes donnent une vision nouvelle de la politique à développer : à travers une plus grande responsabilisation des jeunes en vue de leur autonomisation et de leur participation effective au processus de développement du pays. Bien plus qu’un cadre institutionnel, ces documents stratégiques déterminent un chemin à suivre et une vision du développement de la jeunesse à court, moyen et long termes.

Pour les besoins de cette communication, les initiatives développées sont regroupées en trois (3) domaines :

Renforcement de capacités et promotion de l’accès des jeunes au travail, une nouvelle orientation ;

Responsabilisation et engagement citoyen des jeunes, une nouvelle vision ;

Développement des infrastructures et des équipements socioéducatifs, une stratégie dynamique.

RENFORCEMENT DES CAPACITES ET LA PROMOTION DE L’ACCES DES JEUNES AU TRAVAIL, UNE NOUVELLE ORIENTATION :

« Au lieu d’occuper les jeunes par des activités ludiques, occuper les jeunes par des activités lucratives et productives »

Mesdames et Messieurs,

Dès l’entame de son mandat, notre Président a apporté des changements structurels dans le dispositif gouvernemental. Ainsi, en matière de Jeunesse, un renversement de paradigme a été opéré pour passer d’une jeunesse de récréation à une jeunesse d’activité et de propositions. La question de la jeunesse depuis 2011 devient directement associée à celle de l’autonomisation des jeunes dans un contexte de transformation socio-économique pour une Guinée émergente. C’est dans ce sens que le Département en charge de la jeunesse a depuis 8 ans endossé spécifiquement la responsabilité de l’emploi des jeunes dans ses nouvelles dénominations, pour être aujourd’hui « Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes (MJEJ) ».

Dès son accession à la magistrature suprême, le Pr. Alpha CONDE a créé un environnement global favorisant l’éclosion d’initiatives privées et l’autonomisation des jeunes et des femmes. D’où l’élaboration et l’adoption d’une Stratégie Nationale de microfinances inclusives qui vise, entre autres, à faciliter l’accès des jeunes porteurs de projets aux crédits.

Mesdames et Messieurs,

L’autonomisation, à travers un travail décent et rémunérateur, est au cœur des priorités du programme de société du Chef de l’Etat pour un développement durable et harmonieux de notre chère Guinée. Il s’agit d’une priorité sociale, quand on considère que les moins de 35 ans représentent 77,3 % (INS) de la population totale, et une priorité en termes d’investissement humain pour tirer pleinement profit du dividende démographique, c’est-à-dire favoriser les meilleures conditions pour une société prospère et paisible. Pour une première dans l’histoire de notre République, la jeunesse est considérée non pas comme un obstacle ou une charge mais bien comme un atout, un capital à valoriser et sur qui miser pour la bonne marche du progrès social et sociétal de notre pays.

Jeunesse et emploi des jeunes, une nouvelle orientation et une stratégie gagnante pour une Guinée qui gagne et avance, une nouvelle orientation et une stratégie au cœur de l’action de la 3ième République.

C’est pourquoi d’ailleurs, le Chef de l’Etat a lui-même actionné certains leviers, à travers notamment les initiatives présidentielles en faveur des jeunes prioritairement, ce qui dénote de l’implication directe de la Présidence dans la promotion de la jeunesse, parallèlement à l’action de coordination du Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes. Ces initiatives présidentielles en faveur des jeunes montrent la transversalité du capital-jeunesse dans tous les secteurs de l’économie et du développement social. Il s’agit d’actions autour de 3 secteurs permettant de créer de nouvelles filières et une remontée de chaine de valeurs.  Ces filières ciblées sont notamment : l’Elevage, l’Agriculture et la Pisciculture.

Dans une Guinée encore majoritairement rurale, soutenir ces filières c’est d’une part favoriser l’autosuffisance alimentaire à travers un gain de productivité, et d’autre part faciliter la création de dizaine de milliers d’emploi, car la stratégie de développement de ces filières promeut l’innovation et l’entreprenariat, autrement dit l’auto-emploi.

A travers donc ces Initiatives Présidentielles en faveur des jeunes hommes et jeunes femmes, le Chef de l’Etat a adopté une stratégie 3 fois gagnante : d’abord en termes de sécurité alimentaire, ensuite en termes de croissance et de chaine de valeurs, et enfin en termes d’innovation et de création d’emplois. Cette stratégie s’accompagne d’une inclusion financière avec des plateformes digitales comme « Kobiri » et des institutions de microfinances comme les MC2 et MUFFA qui permettent aux corporations rurales et urbaines de booster leur expansion et leur compétitivité.

Dans ce cadre, plusieurs actions sont initiées et réalisées :

Le programme présidentiel des jeunes guinéens au travail : Formation de 1000 jeunes et recrutement de 500 parmi eux à la Société CWE et 100 par diverses entreprises en 2011 ;

Le Projet Espoir des Jeunes Agriculteurs de Guinée (EJAG) : qui a permis la création de 100 groupements agricoles de jeunes dotés en engins agricoles (tracteurs et motoculteurs) pour 3000 emplois à créer dans 26 préfectures entre 2011-2015 ;

Le projet démarrage : qui a permis de financer par Afriland First Bank une première cohorte de 24 projets de jeunes à hauteur de 6 milliards de francs guinéens, grâce à un fonds de garantie mis en place par le gouvernement.  Cette garantie directe apportée par l’Etat Guinéen est une innovation et de nouvelles cohortes sont programmées ;

Le projet Pavage : qui est une innovation de la 3ième République en termes d’aménagement des voiries urbaines, a permis de démarrer l’aménagement de 14 650 m² de pavés à Conakry (Tombo, Tèminataye, Sans-fil et Matoto) avec 2600 emplois créés et former plus de 200 jeunes aux techniques de fabrique et de pause de pavés ;

La mise en place par le Gouvernement d’un programme de réinsertion socioprofessionnelle des jeunes démobilisés du camp Kaléa : programme qui a permis de former et réinsérer 1800 jeunes dans d’autres filières de métiers de 2011-2014 ;

Le Projet « taxi moto » financé par le FONIJ : 140 motos ont été octroyés à 140 jeunes sous forme de crédit dans les régions Administratives de Boké, Kindia, Labé, Faranah, Kankan, Mamou et N’Zérékoré ;

Le Programme vivres contre apprentissage (VCA), un volet du Programme d’Apprentissage Dual (PDA1) : 2.200 jeunes sont formés et qualifiés dans différents corps de métiers (Coiffure, Couture, Menuiserie, Mécanique, Chaudronnerie, Electricité, Pâtisserie, Plomberie, Maçonnerie, Teinture, Froid, Industrie…) à Conakry, Kindia, Labé, Kankan, N’Zérékoré, Boké, Mamou, Kissidougou et Macenta de 2011 à 2015 ;

Le Financement à travers le FONIJ de 166 projets de jeunes : à Conakry, Coyah, Dubréka, Kindia, Mamou, Faranah, Kissidougou, Macenta et Lola de 2011 à 2015 ;

La création et l’accompagnement de 18 groupements d’intérêt économique cette année dans le domaine de l’assainissement des quartiers de Hamdallaye, Bambéto et Cosa (Commune de Ratoma) avec à la clé, l’insertion socio économique ;

La création récemment de 2 Institutions de Microfinances, une MUFFA à Bambéto et une MC2 à Dares salam en partenariat avec Afriland FirstBank pour favoriser l’autonomisation des jeunes et femmes.

Le recrutement, la formation et le déploiement de 480 Jeunes diplômés volontaires dont 181 filles pour appuyer les collectivités dans les domaines : Santé, Education, Développement communautaire (Groupement d’intérêt Economique, activités socioculturelles et éducatives, état civil) de 2011 à 2018 ;

La construction d’un Centre de fabrication de boulets combustibles à Matoto et de 3 Centres de prétraitement de déchets plastiques à Conakry (Matam, Ratoma et Dixinn) ;

La formation de 40 ONG nationales (Kissidougou et Conakry) sur les techniques de gestion de Projets à Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO) ;

La construction de 2 Centres de compostage à Kindia et à Labé et 50 gestionnaires desdits Centres formés ;

Le projet d’insertion socio-économique des jeunes et femmes par l’assainissement et l’aménagement des espaces publics (3.200 emplois sont créés à Conakry, Labé et Kindia, 2 plages sont aménagées à Conakry et 25 associations par commune sont appuyées entre 2012-2013) ;

Le projet de renforcement et d’appui aux activités agricoles et d’élevage en faveur des jeunes et des femmes dans 14 localités (Kindia, Mamou, Pita, Labé, Kissidougou, Koundara, Kankan, Boké, N’zérékoré, Macenta, Gueckédou, Télémelé, Dalaba, et Lélouma), 38 groupements et associations de 520 personnes sont bénéficiaires ;

L’appui à la création et au développement de 2 Centrales de métiers pour les jeunes à Matoto et à Ratoma en 2014 ;

La formation de 50 jeunes filles des 4 régions naturelles de la Guinée en entrepreneuriat féminin à Kindia ;

Le lancement de huit (8) microprojets en faveur des jeunes et femmes de la Préfecture de Fria ;

La formation de 500 jeunes entrepreneurs aux techniques de gestion d’entreprise (GERME Niveau 1) à Conakry et dans les Préfectures de Fria et Boké ;

La formation et la sensibilisation de 500 jeunes aux techniques de recherche d’emploi et la lutte contre la migration irrégulière ;

L’appui à la création et au développement de deux (2) Centrales de métiers pour les jeunes dans le domaine des métiers de photovoltaïques et de pêche artisanale ;

La relance et la revalorisation des Centres de prétraitement des déchets plastiques dans les communes de Matoto, Ratoma, Matam et Dixinn ;

Le projet rapprocher les jeunes, la diaspora et les autorités locales pour une approche intégrée de la promotion de l’emploi et de la lutte contre la migration irrégulière en Guinée ;

Le Projet Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes (BOCEJ), où le Gouvernement s’est engagé auprès de la Banque Mondiale sur un accord inédit dans notre pays en faveur des jeunes, à hauteur de 20 millions de dollars, qui permet de structurer les efforts sur notre politique d’emploi des jeunes en amont auprès des  structures de formation, (ce fonds a permis, à ce jour, d’appuyer 15 institutions d’enseignement publique et privées pour un coût global de 5 700 000 dollars), pour permettre une remontée en excellence, car une formation inadaptée aux besoins du marché du travail constitue une des principales difficultés d’insertion des jeunes dans la vie active ; et en aval de nombreuses autres initiatives de formation des jeunes notamment dans le cadre de la promotion de l’esprit d’entreprise, de montage et de gestion de projets comme alternative à l’emploi salarié.

Au titre de la composante 2 du projet BOCEJ, le programme de « L’Education à l’Emploi » dont l’exécution est assurée par l’Agence Guinéenne pour la Promotion de l’Emploi (AGUIPE) et le Fonds National d’Insertion pour les Jeunes (FONIJ), il y a à ce jour, plus de 30.000 jeunes qui sont inscrits au niveau de l’AGUIPE. 300 sont actuellement en cours de formation complémentaire en adéquation avec les besoins des employeurs dans les centres de formations accrédités. Plus de 500 sont filtrés pour être envoyés en stage suivant les besoins sollicités par ces entreprises dont plus d’une centaine ont achevé et bénéficié d’un certificat. Dans le cadre du volet entreprenariat, 100 jeunes sont formés en esprit d’entreprise. 25 jeunes sont retenus dans le cadre de ce programme et ont suivi une formation intensive en Entrepreneuriat pendant 8 semaines qui a abouti à la sélection des 10 meilleurs plans d’affaires dont les porteurs sont appuyés en incubation pendant 12 mois.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre de cet important projet pluridimensionnel, les activités suivantes sont réalisées :

La création pour la première fois par le Président de la République, d’un Observatoire National de la Jeunesse (ONJ) en vue de combler le déficit d’information sur la situation des jeunes en Guinée et de disposer d’un instrument d’aide à la décision ;

Le renforcement des capacités du ministère en termes de formation du personnel et d’équipements des services par la formation de 40 formateurs ;

Le diagnostic organisationnel en cours de trois (3) EPA du ministère (FONIJ, AGETIPE et ANVJ) en vue d’identifier leurs forces et leurs faiblesses et de formuler des recommandations visant à améliorer leurs performances.

En termes de perspectives dans ce domaine, le MJEJ envisage :

Dans le cadre du Programme d’Intégration Socioéconomique des Jeunes (INTEGRA) de contribuer à la prévention et à la limitation de la migration irrégulière en soutenant le développement économique de la Guinée pour favoriser l’insertion socioprofessionnelle des jeunes et la réintégration des migrants de retour. Le Programme INTEGRA a été effectivement lancé en novembre 2018, avec un financement de l’Union Européenne d’un montant de 65 millions d’euros sur 4 ans, et touchera directement 18 000 jeunes. L’une de ses 3 composantes dont la mise en œuvre est confiée au MJEJ et l’agence de coopération belge, ENABEL, pour 35 millions, touchera 8000 jeunes et impactera sur 3 250 721 habitants dont 1 650 020 femmes sur l’Axe Conakry – Labé. Ce projet permettra aussi :

La mise en place d’un Centre d’Incubation d’Entreprise à Kindia ;

La mise en place d’un fonds au bénéfice des artisans de Labé et des différents groupements de production et de transformation à Kindia et implantation d’une Chaine de froid à Labé et à Kindia ;

L’aménagement de plages à Ratoma et à Matoto ;

Le renforcement des capacités d’une centaine de jeunes à l’animation des activités touristiques ;

L’appui financier aux groupements de jeunes exportateurs de poisson ;

L’Appui financier aux activités génératrices de revenus des femmes et des jeunes dans les 5 Communes de Conakry et dans les 4 régions administratives du projet ;

La mise en place d’une PME de collecte d’ordure, de recyclage des déchets plastiques et production de composte à Labé, Dalaba, Pita et Mamou ;

L’aménagement de 23 étangs piscicoles pour les jeunes dont 3 à Mamou, 15 à Labé et 5 à Kindia ;

La création de 4 fermes avicoles modernes pour les jeunes dans les préfectures de Dalaba et Kindia ;

La création de 4 fermes pour les jeunes dans la préfecture de Dalaba ;

La réhabilitation de la laiterie de Pita en faveur des jeunes ;

La réalisation de 15 points d’eau modernes pour accroitre l’accès des populations à l’eau potable à Coyah et à Kindia ;

L’installation de 3 boulangeries modernes et ses accésoires dans les villes de Mamou, Dalaba et Pita et de 5 autres à Coyah ;

La réhabilitation des aménagements hydroagricoles de groupements de jeunes et de femmes à Mamou et Dalaba ;

La construction d’infrastructures socio-économiques (Kiosques, lavage véhicules et entretien, café, parking…) pour les jeunes à Conakry ;

Le pavage des routes secondaires à Matam et Ratoma ;

Le renforcement du mécanisme d’accompagnement financier des initiatives portées par les jeunes ;

La construction d’une unité de saponification en faveur des jeunes et des femmes de la commune rurale de Koba dans la préfecture de Boffa en Avril 2019 ;

La poursuite des efforts de mobilisation des ressources nécessaires pour la mise en œuvre du Programme National d’Insertion Socioéconomique des Jeunes ;

La continuation de la promotion de l’emploi des jeunes à travers la prise en compte des questions de jeunesse par les autres départements sectoriels par l’initiation de nouveaux projets ;

La mise en place du Conseil National de Concertation sur l’Emploi des Jeunes pour une meilleure synergie ;

La continuation du diagnostic d’identification des besoins et les stratégies d’accompagnement des jeunes des communes de Conakry.

De même, le projet INTEGRA nous permettra avant fin juin 2019 de mobiliser 630 jeunes pour la réalisation de travaux à haute intensité de main d’œuvre. Ces jeunes viendront des localités de  Dixinn,  Ratoma, Soumbalako et Badarayah. Ces 630 jeunes constituent la première cohorte du programme INTEGRA. Au total, ce sont 7500 jeunes qui seront accompagnés pour développer leur employabilité. Le programme vise aussi le développement d’entreprises et la formation de 500 entrepreneurs dont 100 en 2019.

Mesdames et Messieurs,

Le fait que la jeunesse aspire à de meilleures conditions de vie en Occident constitue le terreau fertile de la migration irrégulière. C’est pour quoi, nous devons impérativement donner une réponse pertinente et des débouchés réels à nos jeunes sur place, répondre à leurs aspirations pour un monde plus sûr, un monde meilleur, un monde durable et un monde sécurisé. Aussi, la revalorisation de l’estime de soi et l’implication décisive des jeunes dans la vie active sont des clés pour que notre jeunesse reste et participe au développement de la nation.

C’est là que l’Agence de Service Civique et d’Action pour le Développement (ASCAD) prend tout le sens de sa vocation. Créée par décret en 2011 par le Président Alpha Condé, la mission de l’ASCAD est de promouvoir l’éducation citoyenne des jeunes, de leur faire acquérir et renforcer une qualification professionnelle en vue de leur insertion socioéconomique. La particularité de l’ASCAD est de proposer à nos jeunes, à la fois une formation professionnelle et une éducation citoyenne pour un parcours d’intégration qui allie le savoir-faire professionnel avec le savoir-être citoyen. Ce qui nous amène à la responsabilisation et l’engagement citoyen des jeunes.

POUR LA RESPONSABILISATION ET L’ENGAGEMENT CITOYEN DES JEUNES, UNE NOUVELLE VISION

« Notre objectif est de mobiliser les jeunes autour de valeurs nationales de paix, de travail et de civisme et mettre leur leadership au service de la Nation »

Mesdames et Messieurs,

Le Président Alpha Condé a montré que les jeunes de Guinée ne sont ni les damnés encore moins les derniers de la terre : avec la gouvernance actuelle l’espoir est permis, l’espoir se crée chaque jour pour les jeunes, avec les jeunes, par les jeunes eux-mêmes avec des modèles de réussite, des success-stories de jeunes guinéens qui flamboient.

Il est indéniable que le Chef de l’Etat a dédié ses mandats aux jeunes et aux femmes. C’est pourquoi en plus de les mettre au cœur de ses priorités en termes de bénéficiaires de ses reformes, l’objectif affiché est de promouvoir leur leadership et en faire des leviers dans le cadre de la vision de transformation de la Guinée, à l’image du projet « rajeunir et féminiser l’administration ». Les jeunes doivent transformer donc cette conviction du Pr. Alpha Condé en résolution commune, et la résolution en possibilités d’actions : et pour cela, leur adhésion et leur implication sont indispensables et sine qua non à la réussite de notre projet pour une nouvelle jeunesse : une jeunesse comprise et incluse dans l’écosystème socio-économique tout comme dans le débat public. Le Jeune, acteur éclairé et force de proposition, moins qu’élan d’opposition incomprise et d’énergie en pure perte : c’est l’idéal défendu.

Dans ce cadre, plusieurs actions sont initiées et réalisées :

L’Animation  Socioéducative et  la Participation Citoyenne avec :

 

L’organisation de la toute première Caravane citoyenne de la paix et de la citoyenneté avec la participation de 100 jeunes volontaires qui ont sillonné en Décembre 2018 les 7 régions administratives et la ville de Conakry pour prêcher le civisme, l’unité nationale, la paix et ont touché plus de 10 000 personnes ;

La mise en place des Centres d’Animation pour la Paix dans 17 Maisons des jeunes avec des équipements ;

La mise en place des plateformes communautaires dans les communes urbaines et rurales du pays en 2016 avec la participation de 5 130 jeunes dans les 342 communes urbaines et rurales dont 15 jeunes par commune ;

La formation de 500 jeunes à la citoyenneté à Conakry et dans les 4 régions naturelles ;

L’élaboration, l’adoption et la promulgation de la loi portant Institution et Règlement du Volontariat Jeunesse en République de Guinée en novembre 2018. Pour illustrer l’apport et l’impact de nos volontaires, dans le domaine de l’accompagnement communautaire : 175 jeunes volontaires ont participé au processus électoral en qualité d’observateurs nationaux, superviseurs, membres des bureaux de vote, formateurs, distributeurs des cartes électeurs… dans les communes urbaines et rurales de Siguiri, N’zérékoré, Kindia, Forécariah, Kissidougou, Labé, Tountouroun, Hafia, Sikhourou, Maferinyah, Doghel Sigon, Bagna, Dinguiraye, Farana ;

La mobilisation de 780 jeunes pour l’assainissement des 5 communes la ville de Conakry à travers le nettoyage de 234 points noirs ;

La réalisation du projet de Consultation Nationale de la jeunesse « Nos Jeunes ont du talent » sur l’ensemble du territoire national pendant trois mois a permis de mobiliser plus de 2.200 jeunes pour recueillir les attentes et les préoccupations des jeunes et la formulation d’un cahier de doléances remis au Chef de l’Etat en 2015 ;

Le lancement du processus de mise en place du Conseil National de la Jeunesse, une des recommandations fortes de la Consultation nationale des jeunes de Guinée, a abouti à  l’élaboration, la validation des textes juridiques et l’actualisation du fichier des Associations (2017-2018) ;

Le lancement en 2016, de la plateforme virtuelle  U-Report qui permet aux  jeunes de remonter des informations dans tous les domaines d‘activités dans l’optique de renforcer et de dynamiser le fonctionnement des politiques sectorielles de développement ;

Cette plateforme U-report est accompagnée de l’installation des HOS-POT (WIFI) dans 21 Maisons des jeunes et Espaces de jeunes à Conakry et à l’intérieur du pays en 2016 ;

La formation de formateurs et  la réglementation des activités socioéducatives en Guinée a permis de former un pool de formateurs de  21 personnes venant du mouvement associatif et de l’administration de la jeunesse, qui à leur tour ont formé 885 animateurs socioéducatifs sur l’ensemble du territoire national.  Elle a également permis de renforcer le cadre réglementaire du secteur de l’animation socioéducative et d’organiser un forum international sur les activités socioéducatives en mai 2017 avec 200 participants venus de la France, du Sénégal et du Cameroun ;

Les animateurs socioéducatifs ont contribué à la campagne de lutte contre l’épidémie à virus  Ebola avec l’implication de plus de 15 000 jeunes  à Conakry et à l’intérieur du pays entre 2014 et 2015 ; et la dotation en matériels de communication pour la lutte contre l’Epidémie à virus Ebola dans 200 communes;

L’appui à la participation des jeunes des préfectures de  Mali et de  Boké dans les rencontres de la Tripartite et de la Semaine de l’Amitié et de la Fraternité (SAFRA) participe également à cet engagement civique et citoyen de la jeunesse tout en favorisant la promotion des échanges et rencontres des jeunes aux plans national, sous régional, régional et international;

Au même titre que l’organisation de 2 foras et colloques nationaux et  sous régionaux  à Kindia et à Conakry sur l’insertion socioprofessionnelle des jeunes et  leur engagement civique  pour la capture du dividende Démographique en Afrique, la lutte contre la  migration irrégulière et la promotion de l’entreprenariat ;

Et l’organisation de la rencontre des jeunes de la diaspora  et des pouvoirs publics  en 2014…

 

 

 

En termes de perspectives, le MJEJ compte :

 

Mettre en place avec UNFPA une Plateforme pour la promotion de la Jeunesse ;

Recruter, former et déployer 4664 volontaires dans les collectivités locales ;

Instituer « La Caravane de Vacances Citoyennes” ;

Recruter 235 jeunes agents de santé pour renforcer la disponibilité du personnel de santé dans la région de Labé ;

Poursuivre le processus de mise en place  du Conseil National des Jeunes de Guinée ;

Promouvoir la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation chez les jeunes et leur participation à la gouvernance locale ;

Poursuivre la formation des jeunes sur la citoyenneté, la démocratie, la culture de la paix et la protection de l’environnement ;

Faire participer les jeunes à l’initiative présidentielle pour le reboisement national en partenariat avec le ministère en charge de l’Environnement ;

Contribuer au reboisement de 267 têtes de sources en Moyenne Guinée et de 88 ha de zones dénudées à Labé ;

Mettre en œuvre le projet d’appui à la participation des jeunes à la gouvernance locale dans les 20 communes les plus conflictogènes avec l’appui du fonds de consolidation de la paix ;

Instituer et pérenniser les rencontres régulières entre les jeunes et les membres du gouvernement ;

L’organisation d’une campagne nationale de collecte de sang qui a démarré en Février 2019 dans les universités en partenariat avec le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le Centre National de Transfusion Sanguine.

 

Mesdames et Messieurs

 

Autant le jeune doit s’investir pour la Nation, autant le jeune est un capital dont il faut prendre soin. C’est pour quoi le MJEJ met un accent particulier sur le Projet de Promotion de la Sante Sexuelle et Reproductive des Adolescents et Jeunes (SSRAJ) y compris la prévention du VIH/SIDA initié par le MJEJ en partenariat avec le ministère de la santé.

 

L’objectif poursuivi par ce projet est de faciliter l’accès des adolescents et jeunes à l’information et aux services de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes SSRAJ. A ce titre, les activités ont permis de :

Toucher 92 712 adolescents et jeunes dans le cadre des activités de communication pour le changement de comportement ;

Former 13 600 adolescents et jeunes sur ce sujet ;

Créer 13 espaces jeunes, 8 centres conviviaux et 2 kiosques de santé.

Mesdames et Messieurs,

En tant que pouvoirs publics, nous devons offrir des espaces sécurisés pour les jeunes. La force des jeunes transforme notre environnement, car les jeunes ont besoin eux-mêmes de nouvelles formes d’espaces : dynamiques, attractives et innovantes.

 

POUR LE DÉVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES ET DES ÉQUIPEMENTS SOCIOÉDUCATIFS, UNE STRATEGIE DYNAMIQUE

« Un cadre d’épanouissement des jeunes, pour les jeunes et avec les jeunes » 

Mesdames et Messieurs,

Tout d’abord, le développement des infrastructures et des équipements socioéducatifs constitue une des missions essentielles assignées au MJEJ par Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Docteur Ibrahima Kassory Fofana, à travers sa Lettre de mission.  Dans la vision du Chef de l’Etat, concepteur des « Bluezones », (espaces modèles : bibliothèque, salle de Coworking informatisée, incubateur, accélérateur, terrains de sport, salle de cinéma et de spectacle…), les maisons, foyers et auberges de jeunes doivent être des espaces sécurisés comportant des dimensions sociale, esthétique et fonctionnelle. Ils doivent jouer à la fois un rôle socio-éducatif, un rôle de communication, un rôle de création artistique et un rôle d’émulation pour l’innovation en vue d’accueillir, d’informer, d’éduquer et de faciliter l’insertion économique des jeunes.

A ce titre, on note :

L’initiative présidentielle de construire et équiper 14 maisons des jeunes à Conakry et à l’intérieur du pays dont six (6) sont déjà fonctionnelles ;

La construction, la rénovation et l’équipement de plus de 60 maisons et foyers des jeunes à Conakry et à l’intérieur du pays à l’occasion de la célébration des fêtes tournantes de l’Indépendance Nationale, initiée par le Président de la République ;

La renovation, l’equipement et la transformation en Centre Incubateur et accélarateur de la Maison des Jeunes de Boffa avec le CCI ;

La réalisation d’une étude de faisabilité et de la maquette pour la construction du Palais National de la Jeunesse et de la Culture.

 

En termes de perspectives, nous envisageons :

 

Sur 132 types d’infrastructures structurantes identifiées dans les domaines de services, de pêche artisanale, d’agriculture, d’élevage, de transport … construire à partir de 2019, 41 dans le cadre de l’insertion économique des jeunes à travers le programme INTEGRA ;

Construire dès cette année des stations multiservices et des parcs payant en faveur des jeunes à Conakry et à l’intérieur du pays ;

Rénover et équiper 05 complexes de Maisons de Jeunes et un complexe sportif à Conakry, Kindia, Mamou et Labé ;

Poursuivre la construction de 16 Maisons des Jeunes dont 8 à l’intérieur du pays ;

Suivre dans le cadre de la mise en œuvre du programme Présidentiel d’appui à la décentralisation et avec le fonds de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC), la construction de 160 infrastructures socioéducatives de jeunesse dans plusieurs communes urbaines et rurales du pays.

Mesdames et Messieurs,

Cet exposé qui met en exergue des actions phares, non exhaustives, rend compte d’une nouvelle dynamique lancée depuis 2011, en matière de politique et de développement de notre jeunesse positionnée au cœur des priorités de l’action publique dans tous les secteurs. Cette nouvelle vision met la problématique de l’autonomisation du jeune comme étant le moteur d’un parcours d’intégration réussi : avec le savoir faire professionnel, le savoir être citoyen et l’inclusion financière au bout de la chaine.

Mesdames et Messieurs,

Pour conclure, je voudrais rappeler comme vous l’avez constaté, que les questions de jeunesse constituent une préoccupation nationale et transversale. Sa solution nécessite une coordination des interventions dans une synergie entre tous les acteurs étatiques et non étatiques, ainsi que les Partenaires Techniques et Financiers de la Guinée avec qui nous organisons des rencontres de concertation régulières et avec lesquels nos services travaillent en étroite collaboration tous les jours.

Je ne saurais terminer sans remercier les journalistes pour leur précieuse attention et leur intérêt pour ces conférences de presse. Et remercier une fois de plus, le Président de la République et les membres du Gouvernement pour tous les efforts qu’ils ne cessent de fournir en faveur de la promotion et de l’épanouissement des jeunes de Guinée.

Je saisis cette occasion pour réitérer à tous les guinéens et guinéennes mes vœux et prières d’espoir et d’espérance pour ce beau peuple de Guinée, dont la diversité est un atout sur lequel nous devons savoir capitaliser. Un pays plein de ressources composé de différentes cultures qui forment plutôt une belle mosaïque riche et exceptionnelle qu’une entrave à la cohésion sociale et au progrès économique.

Projetons pour nos mères, nos pères, nos frères, nos sœurs, nos jeunes et nos enfants un avenir sans peur, un avenir plus rassurant et plus clairvoyant, un futur proche où chacun a sa place et dont la contribution est demandée pour une Guinée qui décolle, une Guinée qui progresse, une Guinée bientôt émergente. Cet avenir et ce futur ne peuvent se faire que dans la paix et l’unité nationale, avec des mots qui apaisent et non des mots qui enflamment, des mots profondément guinéens comme Travail, Justice, Solidarité, car le développement a horreur des crises, de l’instabilité et des remous sociaux. Nous devons tous collaborer avec sacrifice et engagement moral pour le devenir heureux de notre chère patrie.

Je vous invite tous, chers frères et sœurs guinéens, et j’invite particulièrement notre jeunesse à emprunter les voies qui sauvent et non les pentes qui précipitent vers un désastre collectif.

Je voudrais redire ici aux jeunes que le Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes est votre maison. Mes collaborateurs et moi serons toujours disponibles pour vous informer, vous orienter et vous soumettre des outils qui vous faciliteront votre intégration comme acteur de notre société et votre insertion comme potentiel de l’écosystème économique de cette Guinée en pleine mutation. Des orientations fermes sont données par notre Chef de l’Etat, le Pr. Alpha Condé, pour que les jeunes filles et les jeunes hommes de Guinée soient ceux qui portent le développement social, économique et humain de notre pays. Si notre Président a dédié ses mandats aux jeunes et aux femmes comme vous tous le savez, cela ne signifie pas qu’il faille tout attendre de l’Etat, cela signifie au contraire un engagement personnel des jeunes au quotidien pour prendre leur destin en main et participer pleinement et activement à l’essor de ce beau pays.

L’avenir, bâtissons le ensemble : l’Etat au service des jeunes, les jeunes au service de la nation !

Vive la République ! Vive l’unité nationale et la paix ! Je vous remercie.