Email : info@jeunesse.gov.gn
AccueilACTUALITESBULLETIN DU GOUVERNEMENT: LE MINISTRE NAITE RÉPOND AUX QUESTIONS DE LA CELLULE DE COMMUNICATION

BULLETIN DU GOUVERNEMENT: LE MINISTRE NAITE RÉPOND AUX QUESTIONS DE LA CELLULE DE COMMUNICATION

27498085_1705871899459455_1321575036_n

En ce début d’année 2018, le Ministre de la jeunesse M. Moustapha NAITE est à la lune du bulletin du Gouvernement en son numéro 23 pour faire le tour des activités de son département et les perspectives.

Interview à retrouver sur ce lien

Extrait: 
Cellule de COM GOUV: En 2016, vous avez élaboré le très ambitieux Programme national d’insertion socio-économique des jeunes (PNISEJ).
Comment comptez-vous mobiliser les ressources nécessaires à ce programme ? Et quelles sont les étapes de sa mise en œuvre ?

Moustapha Naite: Le Programme National d’Insertion Socio-économique des Jeunes (PNISEJ) élaboré avec 13 autres ministères sectoriels, s’appuie sur la dynamique lancée en 2015 pour préparer la phase de relance post Ebola. C’est avec les instructions du Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé et l’appui du PNUD, que ce programme a pris forme. L’insertion socio-économique des jeunes doit être comprise comme un axe majeur du développement du pays et, à ce titre, prise en compte dans tous les projets et programmes de développement. Cela suppose la mise en place d’une synergie entre la diversité
des acteurs sur une question qui est, par essence, transversale. Réduire la problématique de la jeunesse au seul ministère en charge serait une faute à la fois politique humaine et surtout de vision de développement socio-économique d’une Nation, de notre pays. C’est à cela que devra répondre le PNISEJ. C’est un cadre opérationnel transversal de politique de jeunesse qui comprend 4 grandes composantes.

La première problématique porte sur l’emploi des jeunes dans les politiques macro-sectorielles et les investissements privés.

La seconde porte sur l’employabilité et la promotion à l’insertion socioprofessionnelle. Nous parlons ici surtout de l’adéquation des formations avec le marché du travail, l’orientation et la réorientation des jeunes vers des secteurs porteurs.

Une troisième composante concerne l’éducation, la participation des jeunes à la vie publique, la citoyenneté et la prévention des conflits. Nous souhaitons renforcer l’implication de la jeunesse guinéenne y compris celle de la diaspora au cœur du développement du pays.Une dernière composante porte sur la gouvernance, l’amélioration du dispositif de suivi-évaluation et le renforcement du système d’informations.