Email : info@jeunesse.gov.gn
AccueilACTUALITESBilan 2017 et perspectives 2018: Le ministre Moustapha Naité face à la presse

Bilan 2017 et perspectives 2018: Le ministre Moustapha Naité face à la presse

IMG_1292

Entouré de ses cadres, le ministre de la Jeunesse, Moustapha Naïté, était, hier, face à la presse à Millénium Hotel pour défendre son bilan de l’année 2017 et les perspectives de 2018. En deux heures, l’homme a répondu à toutes les questions, sans esquiver aucune.

Dressant le bilan de l’année 2017, le ministre Naité a d’abord décliné les quatre piliers de sa feuille de route. En appui avec les partenaires de la Guinée, son ministère a initié et mis en œuvre d’ambitieux projets d’appui à l’insertion socio-éducatif et économique des jeunes. Certains sont exécutés à date, d’autres sont en cours.

Bilan 2017

Il cite, par exemple, la prise en charge progressive des doléances issues de la consultation nationale de la jeunesse avec la création d’une structure faitière de la jeunesse; le processus de mise en place du Conseil National des Jeunes (CNJ) de Guinée en phase très avancée aujourd’hui, le programme d’accompagnement de l’exigence sociale des adolescents et jeunes, le projet « DEMARRAGE », qui a vu le lancement de 25 entreprises opérationnelles à ce jour à hauteur de plus de six milliards GNF.

Autres acquis, le Vendredi de l’Entreprenariat avec le Fonds National d’Insertion de la Jeunesse (FONIJ), la nouvelle version du centre d’apprentissage et d’incubation des métiers de la confection, qui démarrera en début d’année avec une première cohorte de 300 pensionnaires, puis les travaux à haute intensité de main d’œuvre, et le projet de pavage de 500 000 mètres carrés à Kaloum et à Matoto.

Plus loin, M. Naïté a cité tour à tour la construction et l’équipement des maisons de jeunes et le projet de construction du palais de la jeunesse et de la culture. « Les études faisabilité et les études architecturales sont terminées. Le projet a fait l’objet d’examen et a été retenu parmi les projets prioritaires du gouvernement ».

Enfin, il a évoqué les efforts déployés par son département en collaboration avec l’Organisation Internationale pour les Migrations) dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine. Aujourd’hui, on dénombre au moins 4 487 migrants guinéens identifiés en Libye, dont 1676 bloqués dans 8 centres de détention, a-t-il annoncé.

« Comme activités phares, nous avons pu mobiliser des ressources pour le programme national de l’insertion des jeunes qui est inscrit dans le PNDES qui est à environ 135 millions d’euros. A date, 65 millions d’euros  sont mobilisés, environ 57%. Sa mise en œuvre débute dès le début du premier trimestre 2018 », s’est-il réjoui.

Cependant, malgré tous ces acquis, le ministre Naité avoue que 2017 a été une année très difficile. Difficile puisque son département n’a eu de cesse d’être critiqué, interpellé et attaqué par des jeunes et surtout par certains médias. Difficile aussi à cause du drame des migrants, la Guinée détenant le plus grand nombre, dit-il.

Or, a-t-il fait remarquer, depuis le 30 mars 2016, son département est intitulé Ministère de la Jeunesse et non plus Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes.

« Cette nouvelle appellation a justement modifié ses prérogatives et renvoyé la problématique globale de l’emploi au département qui en a d’ailleurs toujours eu la charge ».

Perspectives 2018

Dans la foulée, il a annoncé le budget alloué à son département. Soit, 64 milliards en 2018. (source budget adopté à l’assemblée).

Parlant des perspectives, le ministre de la jeunesse est confiant. La preuve, le budget est revu à la hausse, passant à plus 64 milliards de francs guinéens pour 2018.

« Pour 2018, on va œuvrer pour la mise en place du Conseil National des jeunes (CNJ) de Guinée. Il y a aussi les initiatives présidentielles qui sont en cours, les initiatives au niveau du ministère de la jeunesse et d’autres structures de l’État », dit-il.

« Pour l’année qui pointe à l’horizon, il faut s’attendre à la mise en œuvre du fonds fiduciaire d’urgence de l’union européenne c’est-à-dire les 65 millions d’euros, je pense que beaucoup de jeunes à travers ce fond vont bénéficier de cela », a-t-il conclu.

( certains éléments de cet article sont tirés du site d’informations www.guineenews.org )